Prochain événement :

Journée découverte, de la Fondation Maeght au musée Bonnard

Le 30 mai prochain, les AMA mettent le cap sur les Alpes maritimes et la Collection d’Art de la Fondation Maeght qui fera l’objet d’une visite guidée dans la matinée.

Au début des années 60, le projet original de Fondation d'Aimé et Marguerite Maeght voit le jour dans un lieu unique à Saint Paul de Vence. Des artistes collaborent avec l’architecte catalan Josep Lluίs Sert pour créer un écrin autour de l’une des plus importantes collections d'Art en Europe: plus de 13 000 œuvres, représentant toutes les disciplines de l’art moderne, peintures, sculptures, dessins, œuvres graphiques, vitraux, installations et fontaines. Ce sont ainsi les plus grands artistes du XXe siècle qui défileront devant nos yeux: Bonnard, Braque, Calder, Chagall, Giacometti, Hepworth, Kandinsky, Léger, Miró, Richier, Chillida, Christo et bien d'autres... Nous suivrons notre guide dans le Jardin d’Entrée ou Jardin des Sculptures, la Chapelle St Bernard, la Cour Giacometti, le Labyrinthe de Miro, les terrasses, la Salle de la Mairie puis les autres salles intérieures où sont exposées les œuvres de la collection permanente.

L'après midi, après le déjeuner sous les Pins, c'est le musée Bonnard au Cannet qui nous accueillera pour une visite commentée de l'exposition "Toulouse-Lautrec, tête d'affiche". Nous y retrouverons près de 80 estampes couvrant une très grande partie de l'œuvre lithographiée d'Henri de Toulouse-Lautrec, de 1891 à 1899, avec entre autres La Goulue au Moulin Rouge, la silhouette excentrique de Valentin le Désossé ou La Clownesse Cha-U-Kao.....

Départ d'Aix en Provence autour de 8h, retour à Aix autour de 18h

Participation 110 € par personne, comprenant le trajet en autocar, les 2 visites guidées et le repas (plat, dessert, café). Renseignements Claire Pinard +33 666239576

Prévoir des chaussures confortables

Fondation Maeght, Saint Paul de Vence
Henri de Toulouse-Lautrec, la Clownesque au Moulin Rouge, 1897, lithographie couleurs

Tous les événements :

Un mois, un musée, visite guidée de l’exposition « Beyond Consciousness » de Chiharu Shiota, musée du Pavillon de Vendôme

Chiharu Shiota est invitée par la Direction des musées d’art et d’histoire de la Ville d’Aix en Provence à venir habiter les musées du Pavillon de Vendôme et des Tapisseries ainsi que la chapelle de la Visitation. Cette artiste japonaise réalise des installations immersives dans lesquelles l’espace, traversé de fils de couleur noirs ou rouges, peut selon l’artiste, s’associer au noir du ciel nocturne ou du cosmos, ou au sang et au fil rouge du destin notamment dans la culture asiatique. Les oeuvres de Chiharu Shiota sont éphémères, elles laissent pourtant un sentiment de pérennité.

Du 18 mai au 6 octobre 2024, les lieux d’exposition aixois, musée du Pavillon de Vendôme, musée des Tapisseries et Chapelle de la Visitation accueilleront des œuvres existantes et des créations nouvelles réalisées in situ, venues s’inscrire dans l’histoire et l’architecture du lieu investi.

Rendez vous le 27 juin 2024 à 10h30 au musée du Pavillon de Vendôme avec les AMA pour une visite guidée du 2e volet de l’exposition « Beyond Consciousness ».

La visite se prolongera par un déjeuner sur l’herbe à 12h avec le désormais traditionnel pique-nique sous les tilleuls dans les jardins du Pavillon de Vendôme.

Un mois, un musée, visite guidée de l’exposition « Jean Daret, peintre du roi en Provence »

Le musée Granet consacre cet été une exposition inédite, la première manifestation de ce type, au grand peintre du baroque provençal Jean Daret (Bruxelles, 1614 – Aix-en-Provence, 1668).

Redécouvert par le grand public à l’occasion de l’exposition sur la peinture en Provence au XVIIe siècle organisée à Marseille en 1978, JeanDaret a travaillé pour les mécènes les plus importants de son époque dont le roi Louis XIV et le gouverneur de Provence.
Si nombre de ses œuvres sont visibles dans les musées français et étrangers (États-Unis, Russie) comme dans de nombreuses églises et cathédrales de Provence, et d’hôtels particuliers d’Aix-en-Provence (hôtels de Châteaurenard et Maurel de Pontevès), Jean Daret demeure peu connu du grand public et son œuvre d’envergure mérite d’être mise à l’honneur.

L’exposition au musée Granet sera ainsi l’occasion de montrer un ensemble exceptionnel d’une centaine d’œuvres comprenant les productions les plus importantes de l’artiste, huiles sur toile, dessins et gravures, accompagnées d’œuvres des grands maîtres du siècle tant parisiens (Jacques Blanchard) que provençaux (Nicolas Mignard, Reynaud Levieux ou encore Gilles Garcin).

Il s’agira également, d’amener le public à visiter dans trois départements de Provence les œuvres du peintre au sein des églises des villes et villages, dans le cadre d’un parcours « Hors les murs ».

À travers huit sections thématiques qui suivront également la chronologie de la carrière de l’artiste, l’exposition montrera l’ensemble de sa carrière, des chefs-d’œuvre des premières années (« Daret caravagesque »), à l’élégance et la richesse des scènes de genre, tableaux de dévotion ou de décor (« Collectionnisme » et « Décor »), sans omettre la place centrale occupée par les tableaux religieux, où se mêlent sobriété et pathétique, douceur et expressivité, pour terminer par le second séjour parisien, les dernières annéesde la carrière de l’artiste.

Dédiée à l’oeuvre de Jean Daret, cette exposition souhaite enfin mettre en exergue l’importance de la production de la peinture baroque provençale ainsi que les nombreuses découvertes récentes dans ce domaine.

Commissaire général : Bruno Ely, conservateur en chef, directeur du musée Granet. Commissaire scientifique : Jane MacAvock, spécialiste de l’œuvre de Jean Daret. Commissaire associés : Pamela Grimaud, conservateur du patrimoine, responsable du pôle recherche et conservation au musée Granet et Pierrick Rodriguez, conservateur des Monuments Historiques à la DRAC CRMH.

Retrouvez les AMA le 20 juin 2024 à 10h30 au musée Granet


Conférence « Le Fort royal de l’île Sainte Marguerite, les mystères de la cellule du Masque de fer » par Monique Pomey

Au cœur de bien des fantasmes depuis sa mort en 1703, l’identité de l’homme au masque de fer, captif de Louis XIV durant 34 ans, a alimenté de nombreuses hypothèses chez les historiens et les romanciers : frère jumeau du Roi? amant de la Reine? détenteur d’un secret d’Etat?… Les spéculations ont été bon train jusqu’à tout récemment, une découverte archéologique au cours de la restauration des peintures murales de sa cellule, qui vient elle aussi, ajouter au mystère. 

La conférencière restauratrice d’art Monique Pomey propose de revenir sur l’histoire de ce Fort Royal et du Masque de fer et d’explorer avec nous la cellule du célèbre prisonnier de l’île Sainte Marguerite au large de Cannes. 

Pour cela, rendez vous à la salle des mariages de l’Hôtel de ville d’Aix en Provence le 17 juin 2024 à 15h

Entrée : adhérents des AMA 5€, non-adhérents 8€, gratuite pour les étudiants et les donateurs

Fort Royal, île Sainte Marguerite, Cannes

Un mois, un musée, Bonnard et le Japon à l’hôtel de Caumont

Cette année, l’hôtel de Caumont consacre son exposition d’été au génie de Pierre Bonnard et à l’influence de l’art du Japon sur ce dernier. Il s’agit de la première exposition sur le sujet, qui permettra de montrer comment Bonnard – celui que l’on surnommait autrefois le « Nabi très Japonard » – a intégré dans son traitement de l’espace, du temps et du mouvement, l’esthétique de l’art japonais, pour créer des œuvres en rupture avec le naturalisme et l’impressionnisme. Les œuvres du peintre français seront exposées en regard d’estampes japonaises afin d’illustrer leurs correspondances et leurs affinités formelles, ainsi que l’importance de cette source d’inspiration pour l’artiste.

À partir des années 1860 et pendant près d’un demi-siècle, un engouement pour tout ce qui vient du Japon se manifeste en France puis en Angleterre, notamment à travers la première participation du Japon à l’Exposition universelle de 1867. Bonnard, lui, s’intéresse très tôt aux caractéristiques des estampes de l’Ukiyo-e, terme japonais signifiant « image du monde flottant ». L’exposition d’estampes japonaises à l’École des Beaux-arts au printemps 1890 est une véritable révélation pour lui. Il se détourne dès lors de la représentation du réel et adopte de nouveaux principes esthétiques comme la souplesse des mouvements, le contraste des couleurs, les lignes en arabesques, le goût prononcé du décor et des éléments stylisés, ou encore l’aplanissement de l’espace. Dès lors, son style est véritablement empreint de japonisme, terme forgé en 1872 par Philippe Burty pour définir l’impact du Japon sur les arts occidentaux.

À travers cette exposition, vous pourrez (re)découvrir les œuvres de Bonnard ainsi qu’une sélection d’estampes japonaises provenant de la prestigieuse collection Leskowicz, afin de bien comprendre comment le style de Bonnard fut marqué jusqu’au bout par les concepts et l’esthétique japonais. Une présentation scénographique dynamique permettra de montrer comment des œuvres d’artistes aussi éloignés dans le temps, l’espace et la culture, soulèvent des questionnements esthétiques proches et expriment des idées, des émotions, des situations présentant de nombreux points communs. Très tôt, le Japon aura mis Bonnard sur la voie de la couleur, de la lumière, de l’instantané et de l’expression des sentiments éphémères. Sous la direction d’Isabelle Cahn, le catalogue d’exposition apportera un complément au propos de l’exposition grâce à des contributions scientifiques sur le japonisme et les estampes japonaises.

Cette exposition bénéficie de prêts exceptionnels de la collection Georges Leskowicz et du Musée Bonnard, Le Cannet.


Les AMA ont programmé une visite guidée de l’exposition le 13 juin 2024 à 10h45.

Journée découverte, de la Fondation Maeght au musée Bonnard

Le 30 mai prochain, les AMA mettent le cap sur les Alpes maritimes et la Collection d’Art de la Fondation Maeght qui fera l’objet d’une visite guidée dans la matinée.

Au début des années 60, le projet original de Fondation d’Aimé et Marguerite Maeght voit le jour dans un lieu unique à Saint Paul de Vence. Des artistes collaborent avec l’architecte catalan Josep Lluίs Sert pour créer un écrin autour de l’une des plus importantes collections d’Art en Europe: plus de 13 000 œuvres, représentant toutes les disciplines de l’art moderne, peintures, sculptures, dessins, œuvres graphiques, vitraux, installations et fontaines. Ce sont ainsi les plus grands artistes du XXe siècle qui défileront devant nos yeux: Bonnard, Braque, Calder, Chagall, Giacometti, Hepworth, Kandinsky, Léger, Miró, Richier, Chillida, Christo et bien d’autres… Nous suivrons notre guide dans le Jardin d’Entrée ou Jardin des Sculptures, la Chapelle St Bernard, la Cour Giacometti, le Labyrinthe de Miro, les terrasses, la Salle de la Mairie puis les autres salles intérieures où sont exposées les œuvres de la collection permanente.

L’après midi, après le déjeuner sous les Pins, c’est le musée Bonnard au Cannet qui nous accueillera pour une visite commentée de l’exposition « Toulouse-Lautrec, tête d’affiche ». Nous y retrouverons près de 80 estampes couvrant une très grande partie de l’œuvre lithographiée d’Henri de Toulouse-Lautrec, de 1891 à 1899, avec entre autres La Goulue au Moulin Rouge, la silhouette excentrique de Valentin le Désossé ou La Clownesse Cha-U-Kao…..

Départ d’Aix en Provence autour de 8h, retour à Aix autour de 18h

Participation 110 € par personne, comprenant le trajet en autocar, les 2 visites guidées et le repas (plat, dessert, café). Renseignements Claire Pinard +33 666239576

Prévoir des chaussures confortables

Fondation Maeght, Saint Paul de Vence
Henri de Toulouse-Lautrec, la Clownesque au Moulin Rouge, 1897, lithographie couleurs

Un mois, un musée, visite guidée de l’exposition « Beyond Consciousness » de Chiharu Shiota, musée des Tapisseries et Chapelle de la Visitation

Chiharu Shiota est invitée par la Direction des musées d’art et d’histoire de la Ville d’Aix en Provence à venir habiter les musées du Pavillon de Vendôme et des Tapisseries ainsi que la chapelle de la Visitation. Cette artiste japonaise réalise des installations immersives dans lesquelles l’espace, traversé de fils de couleur noirs ou rouges, peut selon l’artiste, s’associer au noir du ciel nocturne ou du cosmos, ou au sang et au fil rouge du destin notamment dans la culture asiatique. Les oeuvres de Chiharu Shiota sont éphémères, elles laissent pourtant un sentiment de pérennité.

Du 18 mai au 6 octobre 2024, les lieux d’exposition aixois, musée du Pavillon de Vendôme, musée des Tapisseries et Chapelle de la Visitation accueilleront des œuvres existantes et des créations nouvelles réalisées in situ, venues s’inscrire dans l’histoire et l’architecture du lieu investi.

« Cette exposition explore la condition humaine et ce qui se cache derrière. Dans mon travail, j’essaie de trouver un sens à la vie, à la connexion et à la mort. Je m’inspire de mes émotions et de mes expériences, mais il ne s’agit pas seulement de moi. Nos souvenirs sont une partie cruciale de notre identité. C’est l’importance de la mémoire qui nous dit qui nous sommes, ce que nous avons fait de notre vie et avec qui nous étions connectés. Alors que notre cerveau détient une collection personnelle et intime de souvenirs, cette collection est inconnue des autres jusqu’à ce que vous partagiez avec eux votre expérience et vos sentiments. » Chiharu Shiota

Une exposition exceptionnelle réalisée en partenariat avec la Galerie Templon, représentant l’artiste en France et à New-York. Une programmation de la Direction des Musées d’Art et d’Histoire de la Ville d’Aix-en-Provence

Rendez vous le 23 mai 2024 à 10h30 au musée des Tapisseries avec les AMA pour une visite guidée du 1er volet de l’exposition « Beyond Consciousness » au musée des Tapisseries puis à la Chapelle de la Visitation

« Uncertain Journey » Chiharu Shiota

Visite, le musée provençal de Château Gombert

Le Musée Provençal de Château Gombert, anciennement connu sous le nom de Musée du Terroir Marseillais, a rouvert ses portes en décembre 2023 après plusieurs années de travaux et les AMA vous en proposent une visite.

Alexandre Mahue, notre guide, nous fera visiter la maison natale du fondateur Jean-Baptiste Julien Pignol où les décors d’origine ont été minutieusement restitués permettant ainsi de découvrir l’atmosphère d’une maison bourgeoise marseillaise à la Belle Epoque. Outre une bibliothèque, un salon de musique, nous pourrons admirer la cuisine provençale et ses dépendances évoquant les veillées d’autrefois où les habitants se rassemblaient pour échanger leurs souvenirs et raviver les usages anciens, la chambre à coucher bourgeoise avec son beau mobilier provençal et des collections de boutis, la salle-à-manger, écrin idéal pour admirer les arts de la table en Provence ainsi que la salle Renaissance tapissée de toiles peintes du XVIIIe siècle et sa cheminée monumentale et bien d’autres trésors encore… Nous irons ensuite admirer le mobilier remarquable de l’Église Saint Mathieu toute proche.

Rendez-vous le 16 mai 2024 à 9h45 au Musée Provençal
5 Place des Héros, à Château Gombert
13013 Marseille

Participation : 10 euros par personne

Musée provençal de Château Gombert, le salon et ses tableaux accrochés « à touche-touche »

Conférence « Le roi René et les arts » par René Reboisson

L’originalité de la culture de René d’Anjou est le fruit d’une itinérance qui l’a mis au contact de différentes expressions artistiques : le gothique plantagenêt des réalisations angevines, la formulation la plus achevée de la peinture septentrionale avec la présence à Dijon durant sa captivité des grands maîtres flamands (dont peut-être, celle, déjà, de Barthélemy d’Eyck), enfin ses séjours à Naples, à Florence et à Milan.
Mais, il faut aussi faire une part à son éducation courtoise, à son attachement aux idéaux chevaleresques et, ce n’est pas contradictoire, à son ouverture à la modernité.
La Cour comtale de Provence, idéalement placée au confluent des voies et des courants artistiques septentrionaux et ultramontains, va, sous la conduite éclairée de son suzerain, tout à la fois, prolonger, dans un registre poétique, les acquis et susciter hardiment le devenir. Ce n’est pas un hasard si la première architecture de la Renaissance s’élève à Marseille 20 ans avant le pavillon d’Anne de Beaujeu à Moulins. La sensibilité artistique et les choix du « bon roi René » vont doter la Provence d’un « italianisme » dont l’empreinte sera présente jusqu’au milieu du XVIe siècle.

Pour en savoir plus, rejoignez nous à la salle des mariages de l’Hôtel de ville d’Aix en Provence le 13 mai 2024 à 15h avec l’historien d’art René Reboisson qui examinera pour nous les circonstances qui ont amené Aix en Provence à devenir un centre artistique sous le règne du Roy René.

Entrée : adhérents des AMA 5€, non-adhérents 8€, gratuite pour les étudiants et les donateurs

Barthélémy d’Eyck (carton) et Pierre du Billant (broderie) : Cycle de la vie de saint Martin : « L’apaisement des flots » (vers 1440-1450) – Musée des Tissus de Lyon
Barthélemy d’Eyck : le Livre des Tournois de René d’Anjou, peu après 1449. Joute du seigneur appelant et du seigneur défendant : affrontement du duc de Bretagne et du duc de Bourbon
Francesco Laurana : le tombeau de Jean Cossa, grand sénéchal de Provence, 1476-1477, collégiale Sainte-Marthe de Tarascon
Francesco Laurana : “Buste de Femme”: Ippolita Maria Sforza (?), fille ainée de François Sforza, duc de Milan et épouse d’Alphonse II d’Aragon. New-York, Frick collection. Buste découvert dans le port de Marseille et acquis par Henry Clay Frick en 1916
Francesco Laurana : avers de la médaille de René d’Anjou et de Jeanne de Laval, 1463. BNF

À la découverte d’Aix « de la place Bellegarde aux 200 logements » avec Dominique Berthout

L’archéologue Dominique Berthout nous propose d’explorer les différents éléments du paysage urbain autour de la place Bellegarde, notamment le buste de François Marius Granet, le rempart médiéval, le jardin public… Il nous présentera l’Ecole normale et l’Archevêché, avant de nous faire partager son intérêt pour l’une des oeuvres majeures de l’architecte Fernand Pouillon: les 200 logements. La visite se poursuivra derrière les bâtiments du grand reconstructeur d’après guerre, avec l’arche conservée de l’un des aqueducs qui alimentaient en eau la ville romaine d’Aquae Sextiae…

Venez découvrir notre ville avec les AMA et retrouvez nous place Bellegarde le 28 mars 2024 à 10h30

Visite gratuite réservée aux adhérents des AMA

Fontaine Bellegarde, au sommet de la colonne antique du palais comtal le buste de François Marius Granet par le sculpteur aixois Hippolyte Ferrat
Residence les 200 logements, avenue Jean Moulin, 1951-1955

Conférence « L’affaire des eaux de Barret » par Yves Dutour

Les eaux thermales du centre-ville d’Aix-en-Provence sont les plus connues, mais il en existe d’autres dans le quartier Barret le long de la Torse qui ont fait l’objet, au début du XVIIIème siècle, de nombreux conflits entre la ville et des propriétaires privés. À cette époque, des hypothèses ont été émises sur l’origine des eaux chaudes d’Aix-en-Provence que nous confronterons aux données actuelles.
 
Pour en savoir plus, rendez vous le 18 mars 2024 à 15h à la salle des mariages de l’Hôtel de ville d’Aix avec notre conférencier Yves Dutour, responsable du Muséum d’Aix

Entrée : adhérents des AMA 5€, non-adhérents 8€, gratuite pour les étudiants et les donateurs

Pyramide Barret